Photo :

Symbole des petits producteurs - small producers symbol

Symbole des petits producteurs

L’année dernière, à l’inauguration de notre nouveau site, le titre de cette page était “Est-ce que ça marche ?’’ Et ça commençait comme suit :

« Le commerce équitable parvient-il à tenir entièrement ses promesses? Pas encore. Il est actuellement à la croisée des chemins, et sa mission originale risque d’être diluée, s’émousser dans le passage d’un mouvement marginal pour la justice économique et sociale à un mouvement généralisé. On voit de plus en plus aujourd’hui des organismes de certification abaisser les normes pour obtenir ou conserver une part de marché et prioriser malgré eux les stratégies de marché et les bénéfices des torréfacteurs et détaillants participants au détriment des petits producteurs. De même, un grand nombre de torréfacteurs certifiés équitables tentent de s’approprier une plus grande part de marché en insistant exagérément sur leur certification équitable. »

Nous nous sommes exprimés ici (en anglais) dans le forum de Fairtrade Canada, l’agence de certification équitable fédérée au niveau des pays du Nord dans la Fairtrade International.

C’était il y a un an. Depuis ce temps, Santropol a décidé de se dissocier de toute démarche de certification équitable basée dans le Nord (le vieux système).

Aujourd’hui, nous sommes parmi les premiers torréfacteurs au monde à participer à la mise en place et à être certifié par le premier système de certification équitable créé, dirigé et opéré par le Sud : le Symbole des petits producteurs . Nous avons fait le saut en compagnie de Just Us Coffee roasters en Nouvelle-Écosse, Ethiquable en France, Equal Exchange au Massachussetts, Just Coffee au Wisconsin et de Cooperative Coffees, un regroupement de 24 micro-torréfacteurs des Etats-Unis et du Canada. Près de 15 ans après nos débuts, un autre saut dans le vide. Un saut pour ceux pour qui on s’implique depuis les débuts.

La beauté et l’esprit de ce système réside dans son caractère proprement révolutionnaire : il vire à l’envers le commerce équitable conventionnel : les prix, les critères, la gouvernance et la structure administrative sont définis et assurés par les producteurs eux-mêmes. Fini le vieux système distant, onéreux, bureaucratique et paternaliste du Nord.

Les frais assumés par les acheteurs du Nord et les coopératives du Sud sont payés à une fondation, la FUNDEPPO (Fundacion de Pequenos Productores Organizados ou la Fondation des petits producteurs organisés), fondée par la plus grande association de coopératives de petits producteurs d’Amérique latine, la CLAC (Coordinadora Latinoamericana y del Caribe de Pequeños Productores de Comercio Justo ou Coordination latino-américaine et caribéenne des petits producteurs du commerce équitable). La CLAC représente plus d’un million de petits producteurs regroupés en 300 coopératives situées dans 23 pays.

La CLAC dirige la FUNDEPPO, la FUNDEPPO dirige le Symbole des Petits Producteurs. Entretemps, des associations semblables de petits producteurs en Afrique et en Asie sont invitées à se joindre à ce nouveau système.

Dans ce nouveau système :

  1. Les prix minimums soutenables payables aux producteurs sont déterminés par les producteurs eux-mêmes et sont plus élevés que dans le vieux système (dans le cas du café biologique, en ce moment, c’est US$2.20/lb comparativement à US$1.90).
  2. Les frais d’administration et de certification payables à la Fondation par les producteurs vendeurs (du Sud) représentent moins du quart de ce que le vieux système exige.
  3. Les frais d’administration et de certification payables à la Fondation par les acheteurs représentent moins de la moitié de ce que le vieux système exige.
  4. Le tiers des frais payé à la Fondation sera réinvesti dans les coopératives inscrites dans le système.
  5. Les inspections des coopératives de producteurs se font dans un esprit d’accompagnement et d’amélioration continue par des certificateurs biologiques locaux bien formés et dûment accrédités.
  6. Les grandes exploitations agricoles, les plantations, ne sont pas admises dans le système. La notion de petit producteur est clairement définie en hectares de terre cultivable.

De plus, pour éviter l’”équi-blanchiment” (ou fairwashing ou greenwashing) d’entreprises qui se certifient en échange d’un très faible engagement dans la démarche du Symbole des Petits Producteurs, les acheteurs se doivent d’adhérer, au moment de leur certification:

  1. à un Code de conduite (pour l’instant, en anglais),
  2. à une Déclaration de valeurs (pour l’instant, en anglais) et
  3. à une obligation d’approvisionnement d’un minimum de 5% de leurs achats auprès des coopératives de petits producteurs certifiées la première année, pour atteindre un seuil d’au moins 25% sur un horizon de 5 ans.

Non, le vieux système ne requière rien d’autre des acheteurs du Nord qu’une simple déclaration des volumes achetés et vendus et de payer le droit d’utiliser le logo sur un produit.

De plus, le vieux système exige des coops de producteurs une démonstration vérifiable et documentée d’une totale transparence financière et administrative, d’une incorruptibilité et d’une gouvernance démocratique à toute épreuve, du respect de l’environnement et des normes internationales du travail. – Aucune obligation similaire n’est imposée aux entreprises du Nord.-  Au Nord, les entreprises paient pour afficher un logo sur certains produits et, en échange, et c’est particulièrement le cas des multinationales certifiées, obtiennent beaucoup en termes d’influence dans le système, de retombées positives en relations publiques tout en maintenant le statu quo dans leurs autres sphères d’activités.

Nous croyons que ces aspects du vieux système ont débauché (sinon détruit) le commerce équitable tel qu’il a démarré. La bonne nouvelle est qu’une renaissance est en cours : une alliance des humbles, née dans le Sud, invitant les producteurs et les consommateurs du Nord et du Sud à participer à un nouveau modèle de justice économique, social et écologique. C’est la promesse du Symbole des Petits Producteurs. Et nous ferons vivre cette promesse.

Si vous voulez exprimer votre support aux petits producteurs du Sud, vous pouvez signer le Pacte d’Unité et d’engagement ici.